VERS UNE FILIÈRE IMAGE RÉSILIENTE

La crise sanitaire liée au coronavirus est une épreuve pour l’humanité. Elle a aussi enfanté une crise économique qui frappe violemment la filière image. Ses forces traditionnelles de rassemblement et d’ouverture au grand public en ont fait une des cibles principales des restrictions imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

En effet, petit à petit, les espoirs de 2020 se reportent sur 2021 – pour les entreprises qui n’auront pas disparu d’ici-là. Seulement, il n’y aura pas deux fois plus de jours dans l’année ou deux fois plus de publics l’an prochain. Au contraire, « l’après » sera plus compliqué que « l’avant ».

On a fermé nos cinémas, arrêté nos tournages, et derrière, c’est l’effet domino pour toute la chaîne de valeur, des structures de production aux loueurs de matériel, en passant par les techniciens de post-production. Et bien sûr, le dernier domino touché, précisément parce que c’est le premier qui permet à toute la filière d’exister, c’est la création. 

Au même moment, pourtant, nous avons tous pu constater à quel point nos œuvres ont constitué dès le début du confinement un refuge pour tous, une fenêtre d’évasion, de divertissement, et de maintien du lien collectif malgré la distance. A l’heure où nous ne pouvions être ensemble physiquement, un film, une série ou un jeu vidéo nous ont permis de rester proches, vaille que vaille.

En tant qu’acteurs de la filière, nous sommes tous affectés à différentes échelles, et notamment sur le plan économique, par la situation actuelle. Nous croyons pourtant que c’est en restant soudés, en maintenant ces liens si précieux, et non en se repliant sur nous-mêmes, que nous serons capables de remonter la pente. Au-delà des dispositifs de soutien institutionnels, nous devrons former des réseaux de confiance et d’entraide plus forts. Nous devrons continuer à promouvoir la créativité, encourager les vocations, renforcer notre engagement autour des questions de justice sociale et d’environnement, et dans la mesure de nos moyens, continuer à partager nos ressources et notre savoir-faire avec ceux qui sont le plus éloignés de la culture.

Confrontés à cette urgence inédite, nous toutes et tous, artistes, professionnels, petites et grandes entreprises, associations, collectivités, institutions publiques…, savons, dans un élan de responsabilité collective, qu’il est crucial de penser dès maintenant le monde de l’après-confinement. Cela vaut pour l’activité économique dont il faut accompagner la sauvegarde puis la résilience, comme pour la création artistique dont il faut préserver les conditions d’émergence.

 

Dans les prochaines semaines et les prochains mois, nous serons tous replongés dans le bain de la vie en commun, et nous devrons choisir la marche à suivre afin de rebâtir ce qui a été ébranlé pendant le confinement. Les inspirations ne manquent pas. Les bonnes volontés et les compétences non plus. C’est pourquoi nous prenons part à ce mouvement collectif pour « préparer le jour d’après » dans la filière image. Parlez-en autour de vous, que vous ayez besoin d’un coup de pouce, ou que vous puissiez en donner un.

La première étape consiste en un diagnostic. Nous vous invitons à y prendre part, pour faire remonter les besoins un à un, et les partager auprès des autorités concernées. La deuxième étape sera celle du soutien, en mettant nos efforts en communs.. 

Partageons nos difficultés, mutualisons nos compétences, préparons le jour d’après !

 
À PROPOS DE L'INITIATIVE

Nous sommes des professionnels engagés. Ce collectif est ouvert à toutes les bonnes volontés. Il a été initié par Commune Image, ses entreprises résidentes, sa communauté de la filière image, et ses partenaires.

 
CONTACT

info@communeimage.com

© 2023 Filière Image - Préparer le jour d'après